Pension chien/chat, élevage et dressage canin à Bèze (21)

Un chien éduqué est le meilleur ami de l'Homme, mais il peut devenir un cauchemar (destruction, aboiement, morsures, exubérance). L’intégrer au mieux passe forcément par la connaissance de l’éducation canine. Le chien est source de plaisir, pour peu qu’il soit éduqué. Il apporte énormément à la famille ou aux gens vivant seuls. Il est un lien social fort : il permet aux voisins, aux habitants de se reparler dans la rue. (Ou de s'affronter, si le chien n'est pas éduqué)

 

Auteur du livre

Les Chiens, Nos Amis

Retrouver tous les dimanches sur le «Bien Public (journal local)», Etienne Girardet.

Vous l’enseigner est notre métier. Même un seul cours peut vous changer la vie !

Mon Parcours

Etienne Girardet, plus de 20 années au service de nos compagnons. La passion des chiens depuis toujours.

Expérience

  • De 2001 à aujourd’hui : Création d’«Entre chien et Vous» (détenteur des certificats de capacité «Animaux de compagnie» et «chien au mordant»)
  • Formateur agréé pour les chiens dits «dangereux» de 1ère, 2ème catégorie
  • 1995-2000 : Maître-chien à l’armée de terre
  • 1992-1994 : Lycée de St Gervais d’Auvergne (Bac professionnel)
  • 1990-1991 : Apprenti canin

Formation

  • Bac professionnel canin, option approfondissement en éducation canine

Conception et développement de projets :

  • 2015 : Écriture et sortie du livre «Méfie-toi du loup qui dort»
  • 2014 : Écriture et sortie du livre «La ville se donne un mal de chien»
  • 2014 : Création de la première zone cani-ludique de France
  • 2013 : Rubrique hebdomadaire (dimanche) «Les chiens, nos amis» sur le bien public
  • 2012 : Création et présidence de «La grande famille du chien, le label canidé»
  • 2011 : Écriture et sortie du livre «Les clichés du chien ont la dent dure»
  • 2010 : Création et organisation du petit marathon de l’éducation canine
  • 2009 à nos jours : Intervenant à l’émission de Pascal Gervaize (France Bleu Bourgogne) sur l’éducation canine
  • 2006 à 2015 : Formateur intervenant pour la formation «Bac pro éducateur canin» à l’école du chien de Semur-en-Auxois.
  • 2006 : Éducation d’un labrador pour la pièce de théâtre Hyppolyte de Garnier, mise en scène par Robert Cantarella du Théâtre Dijon-Bourgogne
  • 2006 : Éducation d’un chien pour un film (sous la direction de Robert Cantarella)
  • 2005 : Création d’un club d’agility, Les 6 pattes
  • 2004 : Création du projet «Donne la patte»

Formé dans différentes disciplines :

Chien d’assistance pour personnes en fauteuil roulant, agility, chien de sauvetage à l’eau, initiation chien de troupeau, obéissance, pistage, chien de défense, chien d’arrêt, chien de rapport à l’eau, attelage canin.

La grande famille du chien, le label canidé

En partenariat avec la ville de Dijon et la maison familiale et rurale de Semur-en-Auxois (L’école du chien), nous avons créé une association, loi 1901, dont Etienne Girardet est président et qui se nomme comme ci-dessus «La grande famille du chien, le label canidé». L’objet de cette entité est de rassembler autour du chien, résident à part entière de la ville, les maîtres responsables, ceux que nous nommons «les maîtres-citoyens» ou ceux qui désirent le devenir. C’est-à-dire être plus respectueux de l’environnement, dans lequel nous vivons en tentant d’intégrer nos chiens au mieux. Cela passe forcément par plus de civisme et donc par l’éducation de nos chiens et le ramassage des déjections.

En fait, nous recherchons à rendre les chiens invisibles aux yeux du reste de la société. L’invisibilité étant rendue par l’absence de déjections sur les trottoirs et l’éducation des chiens qui n’aboient pas ou n’adoptent pas de mauvais comportements, qui les rendent insupportables aux yeux des autres concitoyens.

Tout au long de l’année, l’association organise des manifestations comme des marches collectives ou des initiations à l’agility loisirs et beaucoup d’autres projets.

Suivez la grande famille sur facebook : cliquez ici

Profession de foi d' Entre Chien et Vous

Aujourd’hui, si nous ne réagissons pas vite, le chien en ville risque de subir les conséquences de nos négligences et nos mauvaises connaissances de l’animal en général et de son éducation en particulier.

L’intégration et l’acceptation de nos compagnons en ville passe forcément par le civisme du maître et sa capacité à l’éduquer.

Un conseil avant l’achat, un ou seulement quelques cours à partir de deux mois, place le maître en position de connaissance, qui lui permettrait d’appréhender l’accueil de son nouveau compagnon avec sérénité et savoir-faire. Le coût est dérisoire si l’on compare à d’autres postes.

Investissement

    Voir notre pdf

Investissons utilement

Plutôt que d’acheter à son nouveau compagnon une pléthore d’accessoires, qui bien souvent plaisent plus à l’homme qu’au chien, limitons-nous à un jouet, une corbeille, un bon collier et une laisse simple ; investissons dans la sécurité et la complicité avec son animal en prenant quelques cours et en acceptant certaines vérités sur les principes fondamentaux, qui caractérisent le chien.

Les aboiements intempestifs, les déjections qui foisonnent, les attitudes exubérantes, l’agressivité et le reste sont autant d’arguments, qui favorisent le camp des «une ville sans chien».

Son voisin n’est pas un «anti-chien» parce qu’il ne supporte pas votre compagnon. Bien souvent, si nous faisions l’effort d’appliquer ce qu’il faut, ce voisin pourrait supporter, voire apprécier votre chien, s’il ne le subissait pas.

Chacun a le droit d’aimer ou de détester les chiens ou les animaux, mais personne n’a l’obligation de les subir.

Le chien doit être un plaisir, un réconfort, un prétexte pour sortir et un lien social pour converser dans la rue avec des gens que nous ne connaissons pas et qui nous parlent parce que notre chien ou les chiens en général leur plaisent.

 
 

Si un chien éduqué a le pouvoir de rapprocher les hommes, la mauvaise éducation d’un autre est source de conflit.

Soyons responsables, soyons prudents, soyons civiques, soyons raisonnables parce que nous ne pourrons pas critiquer sévèrement nos élus qui légifèrent lourdement sous le principe de précaution pour nous protéger des conséquences dommageables de l’agressivité ou/et sur l’option d’une ville propre sans déjection.

Si nous continuons, bientôt des taxes vont apparaître pour tous les possesseurs de chien. Un «permis de conduire» sera obligatoire et payant (déjà mis en place dans certains pays) et bien d’autres lois pourraient restreindre notre désir d’adopter un chien.

Alors pour préserver aux villes l’un des derniers symboles d’une vie autrefois plutôt champêtre, où la communion avec les animaux était plus évidente, adhérons au respect des autres concitoyens et de leur choix en prenant conscience que l’éducation du chien et le civisme du maître restent les deux seules règles à l’intégration en douceur de nos compagnons.

 

Réagissons et Eduquons